Bistronomique — PARIS

Пресса

Bistronomique — PARIS

Пресса

Guide Lebey

Д/М/Г

Un très bon bistrot
Nouveauté / Coup de coeur

Dans cette partie malmenée de l'arrondissement avec attrape-touristes ou attrape-étudiants à chaque coin de rue, l'arrivée d'une nouvelle adresse est en soi une bonne nouvelle. Et une très bonne nouvelle après le repas que nous avons fait dans ce Narro que dirige en cuisine Kazuma Chikuda, chef japonais venu du Sot-l'y-laisse, et en salle Thomas Legrand, sommelier et passionné de vins. Dans les assiettes, toutes généreuses, un travail évident dans la recherche et l'associations des produits. Quelle bonne idée les pickles de chou rouge pour relever le cromesquis d'églefin ou la crème d'oursin (sublime) pour apporter puissance et longueur en bouche aux pappardelle maison. La technique se montre sans faille, œuf parfait bio à l'onctuosité accomplie ou millefeuille beurré et arachnéen. Même bonheur en salle, avec un duo tout en gentillesse et un accompagnement du client du début jusqu'à la fin du repas. La cave pour un établissement à peine ouvert est déjà bien fournie et le livre présenté aux convives mérite à lui seul les loges : à chaque vin proposé quelques lignes aussi concises que précises sur l'intérêt gustatif du vin. On y revient quand vous voulez !

Le Petit Futé

Д/М/Г

Un vrai régal
Nouveau restaurant, deco reussie, à 2 mn du Panthéon, on s installé et on déguste Vins sélectionnés avec précision par le sommelier, plats raffinés ( œuf parfait et il l était ! , terrine de porc noir hummmmm, gnocchi canard agrumes et giroles, mille feuille ananas ) moins de 100€ pour deux avec champagne , vins et café . Servi avec sourire , explications, Qu est ce que c est chouette de se sentir bien et c est le cas au NARRO Une 2 Eme visite dans ce restaurant cette fois j ajouté des photos et je précise le prix ....26€....oui entrée plat et dessert

Restos sur le grill

Д/М/Г

Narro (Paris 5) : enchanteur !

Il y a bien des restos qui passent sur le grill sur ce blog, certains excellents, d'autres très bons, parfois moyens, et, quelques fois, il y a un je-ne-sais-quoi en plus, un supplément d'âme, une alchimie qui aboutit sur un coup de coeur. C'est le cas pour ce restaurant Narro !

Ce n'est jamais évident d'ouvrir un nouveau restaurant, et en ce moment encore moins ! Touristes absents pour la plupart, incertitudes de couvre-feu, public âgé qui rechigne à sortir... Autant d'obstacles à franchir pour rester ouvert. Narro se retrouve donc dans ce contexte à lever le rideau avec de beaux atouts en poche : une solide expérience avec Thomas Legrand à la barre, un chef nippon Kazuma Chikuda, une cave à vin qui verse dans la nature et la biodynamie. Voilà qui donne envie de faire le voyage sur la Rive Gauche !
La déco de la salle réussit à dégager une vraie personnalité, tout en restant moderne et sans user des artifices à la mode actuellement : des chaises chamarrées mélangées à d'autres plus design, magnifiques suspensions dorées, du bois clair, de la briquette, une fenêtre qui donne sur la cuisine, tout ça s'avère très réussi.

L'accueil fait lui aussi très plaisir. Des sourires sincères et chaleureux, la maîtresse de maison japonaise communique aisément sa joie. Le menu déjeuner ne crève pas les plafonds bancaires : 26€ pour la trilogie divine, entrée, plat et dessert, et sans que sur la carte ne se cachent de fourbes suppléments. Le soir, période hors couvre-feu COVID, légère montée en gamme niveaux produits et tarifs : entrées de 8 à 15€ et plats de 19 à 25€.
Dès l'entrée, la patte japonaise du chef se fait sentir alors que l'intitulé fleure bon la campagne française : Terrine de cochon noir aux pruneaux, graines de moutarde, pickles. Grâce à un magnifique dressage millimétré où des brins de salade agrémentés de pickles divers (oignon, fenouil, céleri, carotte,...) couronnent la sainte tranche de terrine qui renferme en son sein, un pruneau. Mais, plus fort, non seulement tout ça est délicieux, mais en plus, aucun élément de cette assiette n'est superflu ! C'est redoutable de précision et de justesse, toutes les saveurs participent à la fête!
Avec ce magnifique givry rouge, Les Plants sont fleuris du Domaine de La Luolle (10€), je fonds de bonheur !
Agneau rôti de chez Huguenin, pommes suédoises, oignons confits, condiment d'ail noir, jus d'agneau
La suite se situe dans la même lignée que ce plat de départ : Agneau rôti de chez Huguenin, pommes suédoises, oignons confits, condiment d'ail noir, jus d'agneau. Magnifique mise en assiette autour d'un beau morceau de viande épais recouvert d'une sublimissime sauce nappante et brillante ! Rien qu'en voyant ça, je sais que je vais me régaler ! La farandole de légumes n'est pas en reste, des champignons, des salsifis, des petits oignons et ces fameuses patates saucissonnées sont imaginées pour se marier parfaitement avec ce jus diabolique. Viande tendre et juteuse qui dégage des saveurs puissantes qui font bon ménage avec ce condiment à l'ail noir. Régal intégral ! Je termine par un saussage en règle avec le pain de campagne -simple- mis à disposition.
La fiesta des papilles continue avec un dessert qui se réfugie dans une valeur sûre de la pâtisserie : le financier pistache avec des framboises déclinées en sorbet, coulis et simplement fraîches. L'appareil se révèle léger et pas étouffe-chrétien, et se mélange parfaitement avec l'acidité ambiante de la framboise. Un très bon dessert.

Ici, le café a été choisi avec soin : il s'agit d'un blend Esperanza facturé 2,80€. L'addition a de quoi faire rêver les plus pingres d'entre nous : 38,80€, sachant que j'ai choisi le vin au verre le plus onéreux. Narro m'a enchanté de bout en bout, et a tout bon ! Pour cette période de couvre-feu, ce restaurant va ouvrir aussi le dimanche au déjeuner.